Partagez| .

Tout ça à cause d'un chat. ✘ Anibal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Neema
Artisan

En savoir plus

MessageSujet: Tout ça à cause d'un chat. ✘ Anibal Jeu 13 Fév - 10:24

Le marché avait été bon, ce matin-là. Neema avait reçu plusieurs commandes qu'elle voulait honorer au plus vite, c'était pour cela qu'elle travaillait encore, alors que le soleil était couché. Pour elle, la journée n'était pas assez longue, et elle n'avait jamais le temps de faire tout ce qu'elle avait prévu de faire en vingt-quatre heures. Une torche était allumée de chaque côté de son petit établi pour qu'elle puisse voir ce qu'elle faisait. Elle taillait  méticuleusement une petite pierre de ses mains expertes et habituées à un travail aussi précis. Toutefois, elle commençait à fatiguer. L'artisane posa sa pierre et se leva.

Elle s'étira longuement, ne réprimant même pas un long bâillement et se dirigea à pas lents, une torche à la main, vers son logement, situé au dessus de son atelier. Elle alla vers la plus petite pièce de sa maisonette, qui lui servait de cabinet de toilette. Là, elle se déshabilla, et prit une bassine d'eau de pluie ainsi qu'un linge pour se laver, avec des gestes souples et las. Oui, Neema était lasse. Certes, son commerce fonctionnait bien, mais la solitude lui pesait de plus en plus. Certes, elle avait Ogul, son chat. Certes, du haut de ses cinquante ans, elle avait toujours le physique de ses vingt ans. Mais tout cela ne changeait pas grand chose à sa vie. Tout cela ne lui permettait pas d'avoir plus de compagnie, d'amis, de proches. Elle n'avait rien d'autre que son travail. Tout se résumait à son travail. Le matin, quand elle se levait, ce n'était pas pour s'occuper de ses enfants, c'était pour travailler. Aller vendre les bijoux qu'elle avait fabriqués la veille, ou même plus tôt. « Tssss, c'est pas une vie, ça. », grommela t-elle. Plus ça allait, plus elle s'apitoyait sur son sort. Sa mère n'étant plus là pour la soutenir, elle n'avait plus personne.

Enfilant sa longue chemise de lin qui lui faisait office de tenue pour dormir et posant un châles sur ses épaules frêles, la grande brune vit son chat qui venait vers elle et qui se faufila entre ses jambes. Elle s'accroupit pour le caresser, lui tirant un ronronnement. « Mon glouton, tu es la seule personne qu'il me reste. ». Oui, elle en était même réduite à parler à son chat. Pitoyable. Elle se releva, et alla prendre un morceau de pain de la veille, car elle n'avait pas eu le temps d'aller en racheter sur le marché, tant elle avait été sollicitée.

Une fois ce court repas terminé, elle s'apprêta à aller se coucher, exténuée, mais elle se rappela qu'elle n'avait pas fini de tailler sa pierre. Dans un souci de perfectionnisme, elle redescendit dans son atelier pour terminer ce qu'elle avait terminé. Elle posa de nouveau sa torche là où elle était quand elle travaillait, puis se remit laborieusement à ce qu'elle avait commencé un peu plus tôt dans la soirée, baillant à intervalles réguliers.

L'Éternelle avait presque finit quand Ogul déboula dans l'atelier, faisant tomber une sculpture de l'artisane dans un grand fracas, ce qui la fit sursauter car, concentrée sur ce qu'elle faisait, elle ne l'avait pas vu arriver.

« Qu'est-ce que...? »

Neema venait de se retourner, apercevant son chat qui déguerpissait. « Tssss. Je n'ai plus qu'à ramasser, je suppose », dit elle d'un air agacé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Anibal
Gardien de l'Egypte

En savoir plus

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un chat. ✘ Anibal Jeu 13 Fév - 19:50


La nuit était douce. La grosse lune ronde pointait haut dans le ciel, elle brillait de milles yeux parmi les étoiles. En ce temps-là, les seules lumières alentour venant gâcher l’observation des cieux se limitait à quelques torches vacillantes. Alors Anibal garda le silence. Le bruit de son barda, de tout cet attirail qu’il avait sur le dos pour ne pas avoir froid ou pouvoir se défendre, suffisait amplement. Les yeux vers là-haut, à s’imaginer quelque dieu ou puissance régnait sur eux, il soupira. Non pas d’aise mais d’inconfort. Les rues de Memphis n’étaient plus si sûres depuis quelques années. La gronde contre le pouvoir de Pharaon ne cessait d’amplifier. Les gens, égyptiens pour la plupart, ne pouvaient tolérer l’affront que leur avaient fait les libyens. Un garde comme lui, dans ce contexte… bien qu’il soit de ce royaume depuis sa naissance, nul n’aurait pu s’abstenir de crier à la trahison en le voyant servir l’imposteur. Mais c’était ainsi. Regardant le ciel, le grand blond demeura muet pour entendre autour de lui. Il y avait trois autres gardes, dont un seul était de son peuple. Ils étaient quatre à ronder dans les bas-fonds de la cité, dans ce mélange de couleurs, d’odeurs, de niveaux de vie. La racaille côtoyait des plus nobles, mais on savait se tolérer. Entre gens de même race, il régnait une entente cordiale. La jalousie ne pouvait aller à la richesse, de toute façon. Car tous les regards étaient tournés vers le faux dieu, vers ce libyen à la tête de l’Egypte.
Le calme fut cependant trompé. De son côté, Anibal gardait tous ses sens en éveil, et ce par cela qu’il fut frappé. Car il n’aurait pu échapper quoi que ce soit dans un périmètre d’une bonne dizaine de mètres à la ronde. Les maisons d’Egypte ne pouvaient éviter à tout bruit d’être entendu. Les portes de bois n’étaient que de minces filtres, quand il ne s’agissait pas tout simplement de planches ou de tissus dressés contre l’ouverture. Aussi, un choc comme celui-là… comment aurait-il pu lui échapper ?
Le garde de la cité s’arrêta même, en entendant le fracas. C’était là. Ou là. Non… ici. Dans cette demeure. La modeste habitation ne ressemblait pas aux masures de paysans, mais ne relevait pas d’un palace de nobles d’opérette. Il était forcément question d’une maison moyenne, avec ses ouvertures distinguées sans être d’un grand luxe. On pouvait vivre à plusieurs sans se marcher dessus, là-dedans. Ce n’était pas comme les taudis où s’entassaient d’innombrables familles. Celle-là abritait sûrement des gens aimables et de bonne tenue. Des marchands, probablement. Il ne manquait que de frapper pour vérifier, chose qu’Anibal hésitait pourtant à faire.
Après ce bruit sourd qu’il avait entendu, comme une soudaine explosion suivie du silence, plus rien ne s’était fait entendre. Une voix, peut-être, tamisée, qui lui faisait plisser les yeux. L’homme devait donc choisir entre laisser cette famille tranquille, ne pas se préoccuper de leurs affaires… ou faire son travail. La routine, vraisemblablement. Sauf qu’il ignorait de qui il était question. Il ne pouvait deviner qu’il n’y aurait pas d’homme pour lui répondre. Faisant signe aux autres de continuer, Anibal n’était plus accompagné que d’un garde, égyptien lui aussi, lorsqu’il cogna contre la porte.

« Citoyen, ouvrez, au nom de Pharaon ! »


_________________

"Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards, ni patience."
René Char
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eternity.creerunforum.eu
avatar
Neema
Artisan

En savoir plus

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un chat. ✘ Anibal Sam 15 Fév - 9:36


Une voix venait de retentir, glaçant Neema. La voix avait été accompagnée par des coup brutaux sur la porte de son logement. La question de la personne ne lui traversa l'esprit qu'un dixième de seconde, car l'individu avait dit "au nom de Pharaon". Attendez.... Si ce n'était pas un garde ? Si c'était un voleur ? Neema fut prise d'une sorte de paranoïa. Il était tard, le soleil était couché depuis très longtemps, et elle n'avait qu'une envie ; l'imiter. Mais il y avait cet individu, là, dehors, juste sur le pas de sa porte.
Jamais elle n'avait eu aussi peur. Elle avait déjà été volée, sur le marché. Par contre, chez elle, cela n'était jamais arrivé. Elle faisait toujours preuve d'une grande prudence en rentrant chez elle, pour, justement, éviter ce genre de chose. Son cœur battait la chamade.

Se saisissant de la première chose qui lui passait sous la main -soit un petit pic qui lui servait à graver les métaux- et elle alla vers sa porte, pour ouvrir. Main sur la poignée, elle entrouvrit la porte et passa sa tête dans l'embrasure, tentant de garder une voix calme.

« Oui...? Excusez moi pour le bruit, c'est mon chat qui a cassé une de mes sculptures. »

Voilà qui était dit. Et sur ce, elle scruta plus attentivement celui qui l'avait dérangée. Toutefois, l'obscurité l'empêchait de distinguer autre chose qu'une ombre massive. La grande brune  plissa les yeux, ferma la porte, se saisit d'une torche, ouvrit de nouveau sa porte et éclaira le garde. Car oui, à présent elle était sûre qu'il était garde. Elle l'avait déjà aperçu sur le marché. C'était un grand blond à l'air peu sympathique. Voilà qui promettait d'être long, il cherchait toujours la petite bête.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Anibal
Gardien de l'Egypte

En savoir plus

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un chat. ✘ Anibal Sam 15 Fév - 10:11


La porte allait s’ouvrir. C’était une évidence. Qui irait s’opposer à la loi de Pharaon, à la puissance de ses gardes ? Personne, à Memphis, n’avait encore le courage de le faire. Anibal aurait certainement apprécié de voir cela, même s’il en aurait ressenti une vague frustration. Il savait qu’un jour, les égyptiens de la capitale du Nord se réuniraient et bouteraient le libyen hors du royaume. Mais ce n’était pas pour aujourd’hui. Et une voix de femme lui parvint. Un visage. Une expression ensommeillée mais non endormie. Il ne venait pas de la réveiller, seulement de la déranger. Ses mots étaient-ils vrais ? Sûrement. Le blond n’en doutait pas. Il se penchait juste pour tenter de voir vaguement à l’intérieur, derrière elle, avant de revenir à ses yeux.

« Où est votre mari ? »
Demanda t-il enfin. Face à cette grande brune au teint laiteux, qu’il distinguait assez mal dans la pénombre, le garde devait trouver qui représentait l’autorité dans ce foyer. En son esprit, une femme avait des droits, certes. Mais de là à ce qu’elle vienne prendre la défense de son homme à la maison…
À moins que ce dernier ne se soit absenté. Qu’il soit garde lui aussi ou soldat. Mais le blond n’avait pas souvenir de cela. Probablement avait-il croisé la femme par le passé, les dieux savent où. Cela ne lui revenait toutefois pas. La faute à la nuit. La lune ne suffisait pas à éclairer sa face. La torche non plus. La lueur des flammes vacillantes n’arrangeait pas tout. Il prit donc un temps pour se concentrer sur elle et tâcher de comprendre.

« Etes-vous sure que tout va bien ? »
Soudain, le protecteur de l’Egypte prit conscience que l’on s’agitait à côté de lui. Les mots suivants ne vinrent pas de sa bouche, par conséquent, mais de celui qui l’accompagnait. Dans le dialecte du pays, avec un soupçon d’ordre et d’agressivité.

« Ecartez-vous, femme, nous allons fouiller cette maison. Au nom de Pharaon ! »
Il reprenait les propos d’Anibal à sa sauce. Jeune, fougueux, sûr de représenter toujours une cause noble, le garde intempérant s’était approché pour voler la vedette à l’homme à la crinière d’or. Ce n’était pas vraiment plaisant d’être détrôné ainsi, ni d’être interrompu dans son petit speech. Mais l’Eternel n’en dit rien. Il tourna juste les yeux vers l’autre, son collègue, celui dont il avait la charge, et trouvait son attitude déplorable. Il est dit qu’en aucun cas les autorités ne doivent se contredire devant leurs administrés. Plus tard, peut-être, hors de vue et pour corriger les erreurs, les dissensions. C’est le cas pour les parents face à leurs enfants, ou pour les maîtres qui enseignent à des élèves. Il ne doit exister qu’un son de cloche. Alors Anibal laissa le second garde approcher et poser la main sur la porte. Il s’apprêtait à pousser pour entrer. Sans en ajouter, le blond gardait les yeux dans ceux de l’inconnue, citoyenne du royaume, vraisemblablement. D’un mince signe de tête, il l’invitait à accéder à cette requête.


_________________

"Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards, ni patience."
René Char
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eternity.creerunforum.eu
avatar
Neema
Artisan

En savoir plus

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un chat. ✘ Anibal Sam 15 Fév - 10:52


Non mais... L'Éternelle ne comprenait pas tout ce qui c'était passé. On lui avait d'abord demandé si elle avait un mari, puis si tout allait bien, et enfin on lui avait dit qu'ils allaient fouiller leur maison. Pourquoi un mari? Pourquoi n'irait elle pas bien? Pourquoi fouiller sa maison? Et ses bijoux, ses poteries, ses sculptures? L'ordre de la fouille n'était pas venu du blond, qui semblait être le chef, mais plutôt de son subordonné. Subordonné qui avait repris les mots de son supérieur. Il lui faisait déjà pitié. À quoi bon résister? Elle avait comprit qu'il voulait s'imposer, prendre sa place, et les impressionner -le grand blond, et elle même. Ne tenant pas à s'attirer d'ennuis, elle soupira et capitula.

« Allez y. Mais vous ne trouverez rien de bien intéressant. Tâchez de ne rien casser, mon chat a déjà fait des dégâts. »

Neema s'écarta de l'embrasure de la porte, laissant le subordonné se précipiter à l'intérieur. Invitant le blond à entrer, elle frissonna, et referma la porte derrière lui. Les nuits étaient fraîches, à Memphis. Tournée vers son atelier, elle posa sa torche sur son support. Comment expliquer à cet inconnu qu'elle n'avait pas besoin d'homme? Que sa mère lui avait transmis ce besoin d'indépendance et de liberté? Pour la brune, un homme ne serait qu'un boulet, une entrave à sa vie, à sa création. Elle s'était toujours dit qu'être seule lui permettait de créer autant qu'elle le voulait, et quand elle le voulait. Si elle avait eu un mari, jamais elle n'aurait pu être en train de travailler à l'heure qu'il était. Jamais elle n'aurait pu créer à chaque fois que l'envie lui en prenait. Cette manie qu'avaient les hommes à vouloir tout contrôler l'exaspérait au plus haut point. Pourquoi une femme devrait-elle forcément dépendre d'un homme?

« Je ne suis pas mariée. Je ne tiens pas à l'être. Ne vous souciez pas de moi, tout va bien. J'étais en train de terminer un collier pour demain, quand mon chat est descendu et a fait tomber une de mes sculptures, la cassant. »

Ogul arriva dans l'atelier, le poil hérissé. Il semblait apeuré, et vint, encore une fois tourner autour des jambes de la grande brune, qui s'accroupit et le pris avec douceur dans ses bras, caressant doucement sa tête. Elle planta son regard dans celui du grand blond.

« Montons. Je n'aime pas savoir un inconnu chez moi sans voir ce qu'il fait. Surtout qu'il a terrorisé Ogul. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Anibal
Gardien de l'Egypte

En savoir plus

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un chat. ✘ Anibal Sam 15 Fév - 15:11


Une porte ouverte. Une femme dans l’embrasure. Un ciel clair et lumineux. Une histoire de chat et de zèle. D’un côté, cette artiste dont Anibal ne connaissait pas grand-chose, trop attachée à son travail pour dormir à cette heure-ci. D’un autre, Naï, un égyptien d’une vingtaine d’année assigné à la garde de Memphis, qui veut lui aussi trop en faire. De ce second, le grand blond en savait bien plus. C’était un jeune homme à cran. Un citoyen craintif et voyant le mal un peu partout. Si ce n’était pas vraiment un mal en soi, la demoiselle en subirait les frais ce soir. Alors l’officier hocha la tête tandis qu’elle les laissait entrer. L’autre était déjà loin, tant qu’il put l’être dans cette masure.
Il était donc temps d’avancer, tandis que la porte se refermait. Anibal n’avait plus vraiment le contrôle de son homme et ne le reprendrait que si besoin était. Pour le moment, tout allait bien. Hormis un peu de chahut en ce lieu étranger, il ne se passait rien de dangereux ou d’incohérent. Celui à la longue chevelure observait la propriétaire des lieux en s’étonnant juste qu’elle vive seule ici. Pas d’homme mort au combat. Un chat. Un métier. Zyeutant autour de lui, il pouvait voir tout ce qu’elle avait amassé ou créé mais n’en pipait mot. Si c’est ainsi qu’elle vivait, sans nuire à la communauté et l’aidant plutôt…

« Vous êtes égyptienne ? »
Non, ce n’était pas un contrôle d’identité. Juste des formalités. À vrai dire, il se moquait bien de ce qu’elle pourrait être. Humaine, c’était certain. Utile, certainement. Agréable… là n’était pas la question. Seulement, le garde laissait ses yeux sur le félin et étudiait cette femme solitaire. Sa main restait sur la poignée de son arme, comme à son habitude. Et lui vint à l’esprit qu’il aurait mieux fait de laisser la porte ouverte, peut-être. Les deux autres devaient s’être éloignés. Ce n’était pas grave, juste une idée lui traversant l’esprit. Mais il suivit, presque docilement. De son esprit pratique, Anibal n’envisageait pas d’être excessif ou d’envahir la brune. Il s’apprêtait à monter les marches derrière elle, et ce n’est que par réflexe qu’il scruta ce vêtement fin qu’elle portait. Il ferait sûrement de même en la voyant gravir les escaliers, instinctivement. Rien de mal là-dedans. Juste une œillade pour cette charmante artisane. Il l’avait écouté et n’avait plus qu’à la suivre, dorénavant. Une simple question brulait ses lèvres, alors qu’il découvrait tout aux alentours.

« Depuis combien de temps créez-vous tout ceci ? Je n’ai pas souvenir de vous avoir déjà vu sur le marché. À moins que… »
Oui, pouvait se tromper et sa mémoire avait le droit de lui faire défaut. C’était toutefois étonnant. L’homme se serait sûrement souvenu d’avoir croisé une beauté comme elle, dans ce lieu si bruyant et plein d’odeurs. Elle ressemblait à ses bijoux. Mais la présence de ce chat changeait tout. L’animal avait troublé le cours normal des choses.


_________________

"Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards, ni patience."
René Char
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eternity.creerunforum.eu
avatar
Neema
Artisan

En savoir plus

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un chat. ✘ Anibal Lun 17 Fév - 17:50

« Tr.... euh.. attendez! »

Elle avait failli répondre "trente ans", sans réfléchir. Mais après coup, elle s'était rendue compte que ça le choquerait et qu'elle aurai l'air d'une folle. Pourtant, mentalement, elle se sentait parfaitement normale mais physiquement, c'était différent. Elle avait le même physique depuis une trentaine d'années, et n'était toujours pas décédée, bien qu'âgée d'un demi siècle. C'était légèrement perturbant, quand même. Mais... Le plus dur était la perte des êtres chers. Elle n'avait perdu qu'une seule personne, car elle n'avait eu qu'un être cher. Sa mère. Ça avait été très dur. Elle s’isolait donc dans mon travail, pour éviter de souffrir de nouvelles fois. A cause de sa condition -pas totalement humaine-, elle n'avait pas osé avoir d'enfant, bien que consciente d'être toujours capable de procréer. Grâce à Min, Amon et sa vénérée Bastet, elle pouvait encore être mère, ayant toujours, tous les mois ses pertes de sang. Elle craignait que sa progéniture ne vive pas aussi longtemps qu'elle, et il n'est pas de pire cauchemar pour une mère que de survivre à ses enfants.

Elle se demandait depuis quand il était là, depuis quand il exerçait cette fonction de garde. Il semblait jeune, mais avoir tout de même un grade important. Quand l'avait elle croisé pour la première fois ? Sur ce coup, sa mémoire lui faisait défaut. En même temps, elle devait avouer que sa mémoire des visages n'était pas formidable. Plutôt fort minable. Que lui répondre? Elle était à Memphis depuis une vingtaine d'années.

« Depuis six ou sept ans, j'ai commencé tôt. Je suis Égyptienne, née dans un petit village non loin de Bubastis. Avec ma mère nous sommes arrivées ici quand je n'avais même pas atteint ma première année. »

Tant pis, s'il était déjà là avant, elle dirait que c'était sa mère. Elle était son portrait craché, mais sa mère n'avait jamais réussit à faire quoi que ce soit de ses dix doigts, à part l'éduquer et la soutenir, bien évidemment. Neema s'était souvent interrogée sur comment aurait été sa vie si elle avait eu un père présent. Ou si sa mère avait été plus.. enfin, moins... si sa mère l'avait moins soutenue, voilà. Une chose était sûre, au moins, c'est qu'elle n'aurait jamais ouvert son commerce si sa mère n'avait pas été là pour la pousser à chaque fois qu'elle baissait les bras.

Arrivée en haut, elle constata avec horreur que le garde débutant avait mis sans dessus dessous sa pièce à vivre. Elle lâcha un juron. Intérieurement, bien sûr. Ses sièges en osier avaient été retournés, il avait fait tomber des sculptures, mit son pain et ses dates au sol. Le chat feula, et la demoiselle tiqua. Se tournant vers le grand blond, elle lui lança un regard plein de reproches, comme pour lui reprocher de ne pas avoir tenu son subalterne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Anibal
Gardien de l'Egypte

En savoir plus

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un chat. ✘ Anibal Lun 17 Fév - 18:55


Anibal avait pour vocation de ne s’occuper que de lui-même. Il n’interférait jamais là où il n’avait pas à être, quand son avis n’était pas d’une extrême nécessité. Aussi, voir et sentir son collègue allait faire sa ronde, à base de « n’importe quoi » à l’étage, ne le concernait que trop peu. Le grand blond préférait jeter un regard alentour, et accessoirement sur cette maîtresse de maison. Outre sa blancheur de peau qui pouvait laisser songeur quant à ses origines égyptiennes, cette fille du Nil n’avait rien de repoussant. Elle respirait la fraîcheur, la jeunesse. Le garde ne dit donc rien et ne fit la moindre remarque. Elle répondait parce qu’elle le voulait bien. Nul ne l’y forçait. Le déroulement de cette perquisition en serait chamboulé, à la différence de ceux qui prenaient place dans les cris et la cohue.
Dans ces escaliers de bois et de pierre, donc, Anibal grimpa. Il jeta une œillade sur les courbes et la taille fine de cette artisane fort talentueuse. Tout chez elle inspirait la grâce. Tout son être semblait attrayant, en dépit d’un caractère qui se révèlerait peut-être contradictoire. Dans le fond, c’était peut-être cela qu’il détectait chez elle – Anibal aimait à essayer de comprendre le fonctionnement des gens pour en tirer le meilleur – un savant mélange de sérénité et de tempête. Neema était un dosage explosif, sans doute. Aussi, il plissa les yeux et passa lentement devant elle pour constater son agacement. Elle avait raison. L’autre était allé trop loin.

« Je pense que ça suffit. Vous êtes assurément une noble fille d’Egypte. Que Ptat et Pharaon veillent sur vous. »
En prononçant ces paroles, le protecteur de la cité avait également posé la main sur l’épaule du jeune homme. Nul n’était sensé le savoir et, pourtant, ce garde avait bien une trentaine d’années de moins qu’eux. Ils étaient tous deux de cette race encore inconnue et qui ne croit pas en elle-même. Neema, Anibal, serait les éternels qui vont en ce monde pour jouir du temps qui s’écoule en les oubliant. Ils étaient amenés à devoir vivre dans le calme et la patience. Dans d’autres cas, s’ils choisissaient la colère… sans doute ne connaitraient-ils jamais la paix.

« Venez au palais dans les trois jours qui viennent et demandez à me voir. Je ferai en sorte que vous soyez dédommagée pour… ça. »
Un vaste et vague geste de la main, pour démontrer tout le vacarme causé. La bêtise de la jeunesse, son insolence, avait eu raison du décor dans lequel vivait l’artiste. Anibal aurait voulu arriver dans ce cadre qu’il imaginait idyllique, en montant à l’étage. Mais c’était sans compter sur la violence de la naïveté, de l’inexpugnable zèle imprimé dans le cœur de tous les jeunes roseaux du royaume. L’officier de la garde passa donc une main sous sa propre tenue et en tira un bracelet, un ornement de son bras qui égayait ses muscles gracieux. L’anneau de métal fin, gris argenté, faisait partie de son statut. Ou bien elle pourrait le vendre et en tirer un bon prix sur le marché, ou bien elle viendrait comme il le lui demandait. Assurément, on saurait la guider vers lui. Peu de civils avaient la possibilité de posséder une telle chose.


_________________

"Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards, ni patience."
René Char
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eternity.creerunforum.eu
Contenu sponsorisé

En savoir plus

MessageSujet: Re: Tout ça à cause d'un chat. ✘ Anibal

Revenir en haut Aller en bas

Tout ça à cause d'un chat. ✘ Anibal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Qui aime bien, châtie bien. C'est mon ex qui me l'a apprit ! - Thierry & Rosario
» Le chat qui n'existait pas...
» Le conte du tout petit chat (privé)
» Un jour je ferai comme tout le monde c’est promis… (ou pas).
» Les aventuriers vont jamais tout droit...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eternity :: Show must go on ! :: Memphis, Basse-Egypte :: Quartiers populaires-